Le Saint-Esprit et le tour de France

« Celui qui prie parfaitement, c’est celui qui laisse prier l’Esprit-Saint en lui (Rm 8,26) qui se livre à lui avec sa volonté, toute son âme, pour que l’Esprit-Saint puisse faire en lui ce qu’il veut. Cette prière est la prière vraie. L’Esprit-Saint sait ce qu’il faut demander pour l’accomplissement de notre apostolat. C’est lui qui fera aller notre prière jusque dans ces régions profondes, mystérieuses, que nous ne connaissons pas mais que nous verrons un jour dans le ciel. » (Bx P. Marie-Eugène)La force de la prière, Ed le livre ouvert, p 59)

« Nous ne sommes pas là pour regarder courir l’Esprit! l’Esprit, ce n’est pas le tour de France que l’on va voir au sommet d’une montagne pour voir s’il marche bien! Il faut se laisser emporter par l’Esprit! » (cité dans: P. Coulange, « La vie ordinaire, chemin vers Dieu avec le P. Marie-Eugène, Parole et Silence, Paris, 2012 p. 136,137)

« L’Esprit est toujours en marche!  Voilà la « définition » de l’Esprit que donne Notre Seigneur dans son discours à Nicodème: il est en marche … toujours en action….  Nous devons être les collaborateurs de l’Esprit, il faut entrer dans le mouvement » ( Cité dans: R. Outré, Évangéliser avec le P. Marie-Eugène, Parole et Silence, Paris, 2016, p. 95)