Saintes Fêtes de Noël

 

 

L’ICONE DE LA NATIVITÉ (http://www.orthodoxa.org/FR/orthodoxie/iconographie/icone_nativite.htm)

Regardons l’icône, elle nous réconcilie d’emblée avec la fête de Noël et nous fait oublier l’excitation qui l’accompagne. Il y règne une telle paix, une telle harmonie ; tout est en fête, c’est-à-dire dans la joie. Les astres rayonnent dans les cieux, les rochers s’ouvrent pour accueillir leur Créateur, les animaux sont pacifiés, les bergers partagent leur joie avec les anges, les mages galopent joyeusement vers la découverte de la Vérité révélée par l’étoile. Tout baigne dans la lumière, une lumière d’un éclat particulier, celle dont parle saint Luc :  » L’Ange du Seigneur leur apparut et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa clarté  » (Luc 2, 9).
La Vierge aujourd’hui met au monde l’Éternel
Et la Terre offre une grotte à l’Inaccessible.
Les anges et les pasteurs le louent
Et les mages avec l’étoile s’avancent,
Car Tu es né pour nous,
Petit Enfant, Dieu éternel!
(Hymne de Romain le Mélode), Kontakion.

Le poète, Romain le Mélode, et le peintre anonyme retrouvent la même inspiration, la même source puisée dans l’Évangile.

A part le bain de l’enfant, détail très humain sur l’accouchement, et l’affairement inévitable autour d’un nouveau-né, l’iconographe est très fidèle à l’esprit de l’Évangile. Si nous relisons les deux récits de la Nativité, celui de Matthieu et celui de Luc, nous retrouvons tous les éléments réunis sur la planche. Faisons le parallèle entre l’Evangile et l’icône (Matthieu 1, 18-25).Tout d’abord le doute de Joseph sur la virginité de Marie et l’origine divine de Jésus. Dans le bas de l’image Joseph est assis accablé, la tête dans les mains, il est tenté par le démon du doute, sous l’aspect d’un vieux berger. (Saint Joseph ne sera pas le seul dans l’histoire de l’humanité à douter de ce mystère, trop grand pour l’entendement humain.) Après l’épisode de Joseph auquel un ange révèle la vérité sur les natures humaine et divine réunies en Jésus, Matthieu passe très rapidement sur la naissance même à Bethléem et relate en détail la visite des mages (Matthieu 2, 1-12).
Sur l’icône, nous voyons ces personnages de haut rang à la recherche du Roi des Juifs. Le tropaire de la fête développe le thème des mages :
 » Ta naissance, ô Christ notre Dieu, a fait resplendir dans le monde la lumière de la Connaissance. En elle les serviteurs des astres, enseignés par l’étoile, apprennent à T’adorer, Toi, Soleil de Justice, et à Te connaître, Orient d’En-Haut. Seigneur, gloire à Toi !  » (Tropaire de Noël.)
Les mages représentent les maîtres de la science antique (note 1). Ils sont enseignés par les astres et, grâce à une étoile, ils prennent la route à la recherche d’un roi qui vient de naître et trouvent un enfant couché sur la paille. Ils voulaient rendre hommage au Roi des Juifs, disaient-ils à Hérode, mais quand ils trouvèrent l’enfant, ils furent remplis d’une grande joie et remplacèrent l’hommage par l’adoration. Ils offrirent alors des dons : l’or pour le Roi, l’encens pour Dieu, la myrrhe pour l’homme mortel. Ces savants venus d’Orient ont trouvé la Vérité elle-même, celle qu’ils ont toujours cherchée dans les astres. Maintenant ils connaissent le Soleil de Justice, l’Orient d’en haut, celui qui vient du ciel. Mais ce ciel n’est pas celui qui a été créé aux premiers jours de la Création, -celui où les astres évoluent. Ces astres-là ne pouvaient donner aux mages qu’une connaissance partielle. Le Soleil de Justice est incréé, la Lumière de la Connaissance révèle Dieu, l’Orient d’en haut qui se fait connaître aux mages, c’est le Verbe qui était au commencement avec Dieu, qui était Dieu (Jean 1, 1), celui d’avant les siècles. C’est-à-dire, celui qui est avant le temps et avant la matière créée.
Nous pouvons faire un parallèle entre la quête des mages et la révélation aux bergers racontée par saint Luc (Luc 2, 1-19).
Il a fallu aux savants une longue recherche pour arriver jusqu’à Dieu. Les bergers, eux, ont reçu la Bonne Nouvelle directement d’un ange, sans transition ni préparation.
Le texte de saint Luc est composé avec une grande perfection. Comme l’iconographe et l’hymnographe, l’évangéliste contemple l’événement avec l’acuité d’un regard éveillé par l’Esprit et le retranscrit à cette même Lumière qui transcende et transfigure la pure narration descriptive.
L’évangéliste situe d’emblée l’événement dans l’histoire : l’édit de César Auguste, le recensement, le nom du gouverneur de Syrie à cette époque. Puis il situe les principaux personnages dans l’espace géographique : Joseph et Marie se déplacent de Galilée à Bethléem, car ils sont de la tribu de Juda, issus de la Maison de David. Ici l’histoire se recoupe avec le plan divin. C’est en effet par la volonté de Dieu, par sa Providence, et non par hasard que Jésus naît à Bethléem, ville d’origine du roi David. Jésus est l’Oint du Seigneur (Messie en hébreu, Christ en grec), Il est le Roi d’Israël, le fils de David. (Prophétie de Michée 5, 1.)
Saint Luc représente la naissance de Jésus hors des lieux d’habitation, dans la campagne, le voisinage des bergers aux champs témoigne que la scène se passe en pleine nature. Mais, direz-vous, le narrateur ne fait pas mention de la grotte, il ne parle que de la crèche. Une crèche suppose une étable, puisque c’est une mangeoire pour le bétail, et les bergers se servaient de grottes pour parquer leurs troupeaux et s’abriter eux-mêmes.
L’évangéliste ne mentionne pas non plus l’âne et le bœuf. La logique supplée au récit : Joseph pour voyager avait un âne et la crèche était remplie de foin pour nourrir les bêtes. Le bœuf rappelle ici la présence du bétail. Mais ce n’est pas par souci de vraisemblance que les animaux sont représentés sur l’icône, car de tout temps et dans tous les pays l’iconographie de Noël fait référence à la prophétie d’Isaïe :  » Le bœuf reconnaît son bouvier et l’âne la crèche de son maître, Israël ne connaît rien, mon peuple ne comprend rien.  » (Isaïe 1, 3.)
Devant la grotte, Marie est allongée dans la position habituelle d’une accouchée. Sa silhouette est monumentale, elle tient une grande place dans la composition de l’icône; cela exprime l’importance de la Vierge dans le mystère de l’Incarnation : Marie, par la naissance de son Fils, devient Mère de Dieu, Théotokos (note 2)Mais, s’étonne-t-on fréquemment, pourquoi Marie tourne-t-elle le dos à l’enfant ? Elle regarde avec compassion Joseph, qui est dans le doute et à travers lui l’humanité tout entière plongée dans les ténèbres de l’ignorance. Sa main semble désigner le nouveau-né, par ce geste elle guide tout homme vers le Fils de Dieu (note 3). Elle l’a mis au monde pour le salut du genre humain, afin de révéler la grande gloire de Dieu. Sa joie est un dépassement de la fierté maternelle qui est un sentiment bien naturel mais encore trop humain. La main de Marie est en même temps dirigée vers l’enfant et posée sur sa poitrine, l’iconographe ne voudrait-il pas, par ce geste discret, faire allusion aux paroles de saint Luc : « Quant à Marie elle conservait avec soin tous ces souvenirs et les méditait en son cœur » (Luc 2, 19) ?
Toute la composition picturale est centrée sur la grotte, vers elle tout converge. C’est comme une spirale dont le point central serait ce trou sombre d’où luit la Lumière. Jésus est au creux de la grotte, comme s’il était issu de la terre elle-même. Cette image nous donne le vrai sens de l’Incarnation. Lorsque Adam a été créé, il a été tiré de la terre, aujourd’hui – le second Adam – le Christ, recrée l’homme dans sa personne. Le Fils de Dieu, au creux de la grotte, a pris notre condition humaine : il est né de la terre et retournera à la terre, lors de son ensevelissement :  » Le premier homme, issu du sol est terrestre ; le second homme, lui, vient du ciel… Et de même que nous avons revêtu l’image du terrestre, il nous faut revêtir l’image du céleste » (1 Corinthiens 15, 47,49).
Si le Christ est descendu du ciel jusqu’au creux de la terre (note 4), et plus tard même jusqu’au fond de l’enfer, c’est pour que nous ressuscitions avec Lui ! Avec la fête de Noël, une grande joie nous envahit, comme les mages et les bergers ; rien ne peut nous retirer cette joie, car  » Dieu est avec nous « , ce qui en hébreu se dit : « EMMANUEL ! « 

NOTES
1.- Du temps de Moïse, une prophétie a été annoncée aux ennemis d’Israël, afin de révéler le Messie aux nations. En effet, Balaq le roi de Moab prit peur devant le nombre et la force du peuple juif. Il fit venir le devin Balaam ; celui-ci bien qu’étranger à Israël, reconnaissait et servait le vrai Dieu. Balaq demanda à Balaam de maudire Israël, afin de lui faire perdre le combat. Balaam, malgré lui, au lieu de maudire prononça trois bénédictions sur Israël puis il prophétisa et rendit hommage au descendant de Jacob : « Je le vois… un astre issu de Jacob devient chef, un sceptre se lève, issu d’Israël  » (Nombres 24, 17). Nous pouvons reconnaître en Balaam l’ancêtre des mages. Ceci nous fait entrevoir l’attente du Messie en dehors d’Israël, comme le dira clairement Siméon dans le Temple, devant l’enfant Jésus :  » Mes yeux ont vu ton Salut, que Tu as préparé à la face de tous les peuples, Lumière pour éclairer les nations et gloire de ton peuple Israël  » (Luc 2, 30-32). Il est important à notre époque de nous souvenir que Dieu n’a pas changé d’attitude vis-à-vis des hommes étrangers à la foi. Si les chrétiens ont reçu d’Israël l’héritage messianique, s’ils reconnaissent dans la personne du Christ le Fils de Dieu, ce n’est pas pour l’enclore et le garder jalousement dans l’enceinte de l’Église, mais pour faire rayonner sa gloire sur le monde entier.

2.- Théotokos : mot grec qui signifie « Mère de Dieu » ou plutôt « Celle qui enfante Dieu ». C’est par ce terme que tous les hymnes byzantins désignent Marie.

3.- Le geste de Marie désignant son Fils rappelle l’icône dite  » Hodigitria « , mot qui signifie « Celle qui guide » et par cela fait connaître aux hommes le Fils de Dieu. D’après la tradition byzantine cette icône serait le plus ancien modèle, qui remonterait au tableau original peint par saint Luc (d’après The meaning of Irons de L. OUSPENSKY et V. LOSSKY, Urs Graf-Verlag, Olten, Suisse 1952, p. 81.)

4.- Nous avons beaucoup parlé, dans ce chapitre sur l’Incarnation, du ciel et de la terre réunis dans la personne du Christ. Il faut éviter de faire une erreur sur le terme de ciel. La terre, nous la connaissons bien, c’est la matière créée. Le ciel ne doit pas être confondu avec le firmament, créé lui aussi aux premiers jours de la création. Les enfants, jusqu’à l’âge adulte parfois, sont gênés par ce Dieu du ciel que les cosmonautes n’ont pas rencontré. Lorsque nous disons aux enfants que grand-père ou grand-mère sont au ciel avec Dieu, nous avons presque toujours la question :  » Comment sont-ils montés, en avion ? « . Le ciel où le Christ siège à la droite du Père n’est pas un lieu, ce ciel n’est pas localisable. Dans les Actes des Apôtres, où l’Ascension de Jésus nous est racontée, les apôtres regardent le ciel et deux hommes vêtus de blanc, des anges, leur disent :  » Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous ainsi à regarder le ciel ?  » (Actes 1, 11). Prenons cette question pour nous-mêmes et ne regardons pas ce ciel comme un lieu, mais comme la gloire, où Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit, règne pour l’éternité.

D’après « DIEU EST VIVANT », Catéchisme pour les familles Ed. du Cerf,1991, p:51-53 et p: 56-58