Carnets de chants

Carnets de chants

 

Pour vous aider dans vos groupes de prière, vos rassemblements, etc… nous avons réédité nos carnets de chants.

Nous vous les proposons pour la modique somme de 2€ l’exemplaire.

Envois à partir de 10 exemplaires, frais d’envoi gratuit à partir de 20 exemplaires .

Privilégiez les envois groupés (voir avec vos coordinateurs diocésains)

Pour toute commande:

Anne et Bernard Mathiot

6 rue principale

08220 Givron

bernardannemathiot08@gmail.com

Nous sommes en route !

Nous sommes en route !

Chers frères et sœurs dans le Seigneur,

Nous sommes en route !

Pour où ? Pour nous retrouver à l’appel du pape François, à Rome, à la Pentecôte 2017.

Pour célébrer les 50 ans du Renouveau, mais surtout pour prier, avec tous nos frères des différentes églises, pour demander une nouvelle Pentecôte sur l’Eglise et sur le monde!

Pour nous préparer à ce Jubilé, il faut se préparer dans la prière, le pape nous y invite depuis plusieurs mois… afin de demander pour toute l’Eglise le Saint Esprit : Esprit d’unité, de paix et de courage… il nous invite à demeurer fidèles dans l’intercession, à ne pas baisser les bras, comme Moïse : Il levait les bras en prière et le peuple avait la victoire !

Chaque mois, l’ICCRS nous offre une vidéo pour préparer cette Pentecôte, une réflexion biblique donnée par un pionnier du Renouveau. Préparons nos cœurs à cet évènement dont nous ne mesurons pas encore l’ampleur …

 http://www.ccrgoldenjubilee2017.org/preparation.php?lang=fr

 

Nous avons un pari fou : Avoir un délégué de chaque groupe de prière à ce rassemblement !

Mais c’est cher et difficile à organiser ; alors nous vous proposons de vivre le partage, comme le vivaient les premières communautés chrétiennes. Faisons des cagnottes, mois après mois pour envoyer un frère au nom de notre groupe de prière. Que ceux qui sont à l’aise aident les autres. Osons parler d’argent, de nos limites et de nos moyens. Soyons humbles et transparents les uns envers les autres, soyons inventifs !

N’hésitez pas à interpeller vos coordinateurs diocésains et régionaux, ils sont à votre service.

Dans la joie de se retrouver bientôt à Rome pour un moment inoubliable, soyez bénis !

 

Tous les infos : http://www.fraternite-pentecote.cef.fr/frat/participer-au-jubile-dor-du-renouveau-a-rome-a-la-pentecote-2017/)

 

 

La prière charismatique – Mario Landi

La prière charismatique – Mario Landi

Intervention de Mario Landi au rassemblement de Saint-Laurent-sur-sèvres 2015

 

Assemblée Générale du Renouveau – 2015

Assemblée Générale du Renouveau – 2015

L’Assemblée Général du Renouveau charismatique catholique français a eu lieu ce week-end du 28 et 29 décembre 2015 à Tigery.

Elle a pour role de :

  • connaître et rassembler les entités qui se reconnaissent de la grâce de Pentecôte et notamment vivent de l’expérience du Baptême dans l’Esprit Saint
  • vivre la communion et la fraternité
  • Echanger, en vue d’une entraide, les demandes et les offres en matière de formation, d’évènements d’évangélisation, d’édification de la vie de foi chrétienne
  • Traiter d’un sujet utile aux participants du RCCF
  • Identifier les thèmes de travail qui seront confiés à l’Instance de Communion en vue de  proposer des avancées

Nous avons eu la joie d’avoir avec nous Mgr Yves Le Saux et Mgr Thierry Sherrer (évêques chargés par la CEF d’accompagner le Renouveau charismatique)  ainsi que le frère Thierry-Marie Hammonick (dominicain et théologien du comité épiscopal d’accompagnement du Renouveau)

Un grand merci à la communauté du Chemin Neuf pour l’accueil très chaleureux !

IMG_20151128_120206

Rencontre avec Mgr Le Gall (archevêque de Toulouse)

Rencontre avec Mgr Le Gall (archevêque de Toulouse)

A partir de 2’20, Mgr Le Gall parle des échanges sur le Renouveau Charismatique entre évêques lors de l’Assemblée plénière de la Conférence des évêques de France de novembre 2015.

 

Un souffle nouveau pour la Communauté des Béatitudes

Un souffle nouveau pour la Communauté des Béatitudes

(Communiqué de presse)

Du 22 octobre au 1er novembre 2015, la Communauté des Béatitudes tient son Assemblée Générale à Nouan-le-Fuzelier, en Sologne. Elle vient d’élire son nouveau gouvernement en présence de Mgr Robert Le Gall, archevêque de Toulouse et de frère Henry Donneaud, o.p. commissaire pontifical.

Une femme présidente

Sr Anna Katharina Pollmeyer, de nationalité allemande, a été élue présidente – elle était présidente déléguée du commissaire pontifical ces cinq dernières années.
La Communauté confirme par cette élection sa dimension internationale, ainsi que, pour la première fois de son histoire, son audace à placer une femme à sa tête.
Selon la figure juridique, toute nouvelle dans l’Eglise, d’une Famille ecclésiale de vie consacrée, Sr Anna-Katharina sera entourée d’un Conseil général comprenant un prêtre assistant général et les responsables de chacune des trois branches
(frères consacrés, sœurs consacrées, laïcs).
En même temps que cette assemblée générale, se déroulent également trois assemblées particulières pour chacune des branches. Chaque assemblée a élu ses propres responsables.
Toutes ces élections se sont déroulées dans un climat de joie, d’unité et de dynamisme renouvelé.
Le fr. Henry Donneaud continuera d’accompagner le renouveau de la Communauté, au nom du Saint-Siège et de Mgr Robert Le Gall, comme « assistant apostolique ».

Une continuité qui porte du fruit

Pendant ces assemblées, les nouveaux textes normatifs consécutifs à la restructuration de la Communauté en 2011 ont été validés par les délégués. De nouvelles orientations seront données pour incarner, dans les prochaines années, le renouveau spirituel et apostolique de la Communauté.
Après avoir traversé une période de convalescence, la Communauté témoigne, par cette assemblée et par la vie qui en jaillit, combien elle s’est affermie et retrouve.
La communauté compte aujourd’hui plus de 800 membres répartis en cinquante maisons sur les cinq continents. Elle vient d’ouvrir plusieurs nouvelles implantations, en particulier à Maison-Alfort (France), à Opole (Pologne), Abidjan (Côte d’Ivoire), Diebougou (Burkina Fasso), Lubumbashi (RDC) et à Saint Pierre (île de la Réunion).
Contact : P. Martin de Tours 07 87 87 61 82
Adresse de l’Assemblée générale : Communauté des Béatitudes – Domaine de Burtin 41600 Nouan–le-Fuzelier
Conférence européenne du CCR à Varsovie (1 au 4 Octobre  2015)

Conférence européenne du CCR à Varsovie (1 au 4 Octobre 2015)

conference_ouverte_du_rcc_europeen_·_varsovie,_pologne_1415888733500 participants de plus de 35 pays sont venus à Varsovie, en Pologne, afin de prendre part à la première conférence européenne du RCC depuis 2002, organisée par l’ESCI (Sous-comité européen de l’ICCRS).
Pendant la préparation, nous sentions que le CCR sur notre continent a besoin d’encouragement – et véritablement cet événement a été une source d’inspiration pour tous les participants!
« Les gens appellent l’Europe une dame faible et vieille, et souvent nous nous sentons comme ça, aussi dans le RCC.

Mais des gens marchant dans le désert de quoi ont-ils le plus besoin ?! » ai-je demandé au cours de la séance d’ouverture. « Lorsque vous êtes dans le désert, vous ne devez pas oublier qu’il y a la Terre promise au devant ! Je pense qu’il est temps de prendre possession de notre Terre promise comme RCC en Europe! Il est temps de se concentrer à nouveau sur le Seigneur à la place de nos problèmes et notre pauvreté. Il est temps de vivre dans la puissance du Saint-Esprit à nouveau!  »
Le week-end à Varsovie avait pour but de nous concentrer sur notre identité et sur la vocation du RCC .

Dr Mary Healy (Michigan, USA), président de la commission doctrinale de l’ICCRS, a parlé de la vie dans la puissance du Saint-Esprit: «Le Saint-Esprit est la seule réponse pour les problèmes d’aujourd’hui! Le Seigneur nous appelle à vivre dans ce courant de grâce. Il ya tellement de gens autour de nous qui ne connaissent pas Dieu! La nouvelle évangélisation ne peut être vécue que dans la puissance du Saint-Esprit!  »
Mary Healy a encouragé l’auditoire à ne pas négliger le baptême dans le Saint Esprit et les dons de l’Esprit Saint. Elle a clairement indiqué: « Le surnaturel doit être normal pour nous chrétiens! »

Le lendemain, le Dr Johannes Hartl (Augsburg, Allemagne), fondateur de la « Maison de la prière d’ Augsburg « , a parlé de la situation de l’Europe aujourd’hui (les réfugiés, la situation de la société, l’Eglise et RCC) et a déclaré que les chrétiens ont toujours un choix entre deux options: Option 1 ( être fortifié par Dieu ») est toujours mieux que l’option 2 (« être mené par la peur »). Il a demandé: «Quel est meilleure: une crise en Europe ou des chrétiens craintifs? La peur et les angoisses nous entraînent dans l’esclavage. Il est beaucoup mieux de vivre dans la liberté des fils et des filles du Seigneur! Alors seulement nous pouvons faire face aux problèmes d’aujourd’hui et de voir une victoire comme David a connu face au géant Goliath « Johannes a continué:« Le monde est en train de changer, mais ne nous laissons pas faire l’erreur d’essayer de vivre une vie confortable – l’Évangile nous apporte toujours des défis ! Dans la fin de son discours Johannes mentionné trois domaines qu’il pense que le RCC doit se concentrer sur le cours prochaines années:

(1) l’enseignement clair, biblique et pratique,
(2) l’encouragement à vivre une vie de prière profonde et
(3) un leadership courageux et fondé sur les dons (Esprit).

Bien sûr, les participants ont eu la chance d’aller plus loin sur ces et d’autres sujets au cours des ateliers qui ont eu lieu dans l’après-midi. Des témoignages encourageants de Malte ( des laïcs proposant et organisant des séminaires de vie dans l’Esprit pour les prêtres) et en Slovaquie (la réconciliation – au sujet de conflits passés- dans la société et dans l’unité entre les chrétiens) ont illustré les enseignements de Mary Healy et Johannes Hartl.

Les Célébrations eucharistiques ont été conduites par les évêques polonais qui sont venus nous rencontrer (parce qu’ils sont amis du RCC en Pologne) et par deux évêques qui ont participé à la conférence: Mgr Bronislav Dembowski (Pologne) et Mgr Kevin McDonald (Angleterre).
Les séances du soir commençaient toujours avec des interventions de « l’extérieur »: Le vendredi nous avons eu Mgr Miguel Delgado (Conseil Pontifical des Laïcs, au Vatican) , qui nous a rappelé la véritable identité du CCR dans l’Eglise par la présentation des déclarations les plus importantes du pape François sur le CCR, sa nature et sa vocation. Le samedi nous avons eu avec nous un représentant du bureau international des JMJ à Cracovie (Pologne) , qui a invité l’ensemble du CCR à envoyer les jeunes aux JMJ juillet 2016 à Cracovie.

Les deux soirées ont fini dans un temps de louange et d’adoration, de ministère et de prière.
La Louange et l’adoration a été menées par « Ladder Jacobs », un groupe vivant et enthousiaste de jeunes charismatiques des Pays-Bas, qui nous ont aidés à entrer dans la présence du Seigneur d’une manière puissante.

À la fin de la conférence, Michelle Moran (Angleterre, président de l’ICCRS), encore a une fois de plus encouragé tous les présents à partir pour vivre dans la puissance du Saint-Esprit. « Bien sûr, en Europe, nous vivons dans des conditions difficiles
aujourd’hui! Mais nous pouvons apprendre de nos frères et sœurs d’autres continents: là où il ya la persécution, la foi est à la hausse! Oui, l’Europe est un continent faible et parfois difficile – mais Dieu n’a pas oublié l’Europe ! Ceux qui se concentrent uniquement sur leurs problèmes ne verront que leurs problèmes! Qui ne regarde pas en avant manque de vision! Dieu nous veut vivant dans la liberté des fils et filles de Dieu et dans la puissance de son Esprit!

Rentrons maintenant, renforcés par cette espérance, qu’il nous a donnée au cours de ces derniers jours! »
Nous avons reçu beaucoup de commentaires nous disant que les participants ont été encouragés et bénis de nombreuses façons pendant la conférence. « Merci » à ceux qui ont pu être avec nous, « merci » à ceux qui ont prié pour nous, « merci » à ceux qui ont aidé à faire de cette conférence une bénédiction pour beaucoup!
Dn. Christof Hemberger
Président du sous-comité européen de l’ICCRS (ESCI)

Allocution du pape François au Renouveau italien

Allocution du pape François au Renouveau italien

Très chers frères et sœurs,

Bon après-midi et bienvenue ! Que l’eau aussi soit la bienvenue parce que c’est le Seigneur qui l’a faite. J’apprécie beaucoup la réponse que vous avez donnée à l’invitation que je vous ai adressée au mois de janvier, à nous rencontrer ici Place Saint Pierre. Merci pour cette réponse enthousiaste et chaleureuse. L’année dernière, au stade, j’ai partagé avec tous ceux qui étaient présents quelques réflexions que j’aimerais rappeler aujourd’hui – parce que c’est toujours bon de se souvenir, la mémoire –: l’identité du Renouveau charismatique catholique, d’où est née l’association du Renouveau dans l’Esprit. Je le ferai avec les paroles du cardinal Léon-Joseph Suenens, grand protecteur du Renouveau charismatique, ainsi qu’il le décrit dans le second livre de ses mémoires.

En premier lieu, en ce lieu, il rappelle la figure extraordinaire d’une femme qui a beaucoup fait au début du Renouveau charismatique : c’était sa collaboratrice, qui jouissait aussi de la confiance et de l’affection du pape Paul VI. Je fais allusion à Veronica O’Brien : c’est elle qui a demandé au cardinal d’aller aux États-Unis voir ce qui se passait, pour voir de ses yeux ce qu’elle considérait comme l’œuvre de l’Esprit Saint. C’est à ce moment que le cardinal Suenens a connu le Renouveau charismatique, qu’il a défini comme un « flot de grâce » et il a été la personne clé pour le garder dans l’Église. Le pape Paul VI, à la messe du lundi de Pentecôte 1975, l’a remercié par ces mots : « Au nom du Seigneur, je vous remercie d’avoir porté le Renouveau charismatique dans le cœur de l’Église ».

Ce n’est pas une nouveauté d’il y a quelques années, le Renouveau charismatique a cette longue histoire et dans l’homélie de cette messe, le cardinal déclara : « Puisse le Renouveau charismatique disparaître en tant que tel et se transformer en une grâce de Pentecôte pour toute l’Église : pour être fidèle à son origine, le fleuve doit se perdre dans l’océan ». Le fleuve doit se perdre dans l’océan. Oui, si le fleuve s’arrête, l’eau croupit ; si le Renouveau, ce courant de grâce, ne finit pas dans l’océan de Dieu, dans l’amour de Dieu, il travaille pour lui-même et cela n’est pas de Jésus-Christ, cela vient du malin, du père du mensonge. Le Renouveau va, vient de Dieu et va à Dieu.

Le pape Paul VI l’a béni. Le cardinal a poursuivi en disant : « La première erreur qu’il faut éviter est d’inclure le Renouveau charismatique dans la catégorie de mouvement. Ce n’est pas un mouvement spécifique, le Renouveau n’est pas un mouvement dans le sens sociologique ordinaire, il n’a pas de fondateurs, il n’est pas homogène et il inclut une grande variété de réalités, c’est un courant de grâce, un souffle rénovateur de l’Esprit pour tous les membres de l’Église, laïcs, religieux, prêtres et évêques.

C’est un défi pour nous tous. On ne fait pas partie du renouveau ; c’est plutôt le Renouveau qui devient une partie de nous-même, à condition que nous acceptions la grâce qu’il nous offre ». Ici, le cardinal Suenens parle de l’œuvre souveraine de l’Esprit qui, sans fondateurs humains, a suscité ce courant de grâce en 1967. Des hommes et des femmes renouvelés qui, après avoir reçu la grâce du baptême dans l’Esprit, comme fruit de cette grâce, ont donné vie à des associations, des communautés d’alliance, des écoles de formation, des écoles d’évangélisation, des congrégations religieuses, des communautés œcuméniques, des communautés d’aide aux pauvres et aux personnes démunies.

Moi-même, je suis allé dans la communauté de Kkottongnae, lors de mon voyage en Corée, et je leur ai aussi rendu visite aux Philippines. Ce courant de grâce a deux organismes internationaux reconnus par le Saint-Siège, qui sont à son service et au service de toutes ses expressions dans le monde entier : « ICCRS » et « Fraternité catholique ». Voilà un peu l’histoire, la racine.

Au stade, l’année dernière, j’ai parlé de l’unité dans la diversité. J’ai donné l’exemple de l’orchestre. Dans Evangelii Gaudium j’ai parlé de la boule et du polyèdre. Il ne suffit pas de parler d’unité, ce n’est pas n’importe quelle unité. Ce n’est pas une uniformité. Dit comme cela, on peut la comprendre comme l’unité d’une boule où tous les points sont équidistants du centre et il n’y a pas de différences entre un point et un autre.

Le modèle est le polyèdre, qui reflète la convergence de toutes les parties qui gardent en lui leur originalité et c’est cela les charismes, dans l’unité mais dans la diversité. Unité dans la diversité. La distinction est importante parce que nous parlons de l’œuvre de l’Esprit-Saint, et non de la nôtre. Unité dans la diversité d’expressions de la réalité, autant que l’Esprit Saint a voulu en susciter. Il est aussi nécessaire de rappeler que le tout, c’est-à-dire cette unité, est plus que la partie, et la partie ne peut prétendre être le tout.

On ne peut pas dire, par exemple : « Nous sommes le courant appelé Renouveau charismatique catholique et vous, non ». On ne peut pas dire cela. S’il vous plaît, frères, c’est ainsi, cela ne vient pas de l’Esprit ; l’Esprit Saint souffle où il veut, quand il veut et comme il veut. Unité dans la diversité et dans la vérité qui est Jésus lui-même. Quel est le signe commun à ceux qui sont nés à nouveau de ce courant de grâce ? Se convertir en hommes et en femmes nouveaux, c’est le baptême dans l’Esprit. Je vous demande de lire Jean 3, versets 7 et 8 : Jésus à Nicodème, la renaissance dans l’Esprit.

Il y a un autre point qu’il est important de clarifier, dans ce courant de grâce : ceux qui guident. Il existe, chers frères et sœurs, une grande tentation pour les responsables – je le répète, je préfère le terme de serviteurs, qui servent – ; et cette tentation pour les serviteurs vient du démon, la tentation de se croire indispensables, quelle que soit la charge. Le démon les pousse à vouloir être ceux qui commandent, ceux qui sont au centre et ainsi, pas à pas, ils glissent dans l’autoritarisme, dans le culte de la personnalité et ils ne laissent pas vivre les communautés renouvelées dans l’Esprit.

Cette tentation fait en sorte que soit « éternelle » la position de ceux qui se considèrent irremplaçables, une position qui revêt toujours une certaine forme de pouvoir ou de domination sur les autres. C’est bien clair, cela : le seul qui soit irremplaçable dans l’Église est l’Esprit-Saint, et Jésus est l’unique Seigneur. Je vous demande : qui est le seul irremplaçable dans l’Église ? [la place : l’Esprit-Saint !] Et qui est l’unique  Seigneur ? [la place : Jésus !]. Disons que le Seigneur Jésus est le Seigneur, louons Jésus, fort ! Jésus est le Seigneur ! Il n’y en a pas d’autres. En ce sens, il y a eu des cas tristes.

Il faut mettre un temps limité aux charges qui, en réalité, sont des services. Un service important des responsables, des responsables laïcs, est de faire grandir, mûrir spirituellement et pastoralement ceux qui prendront leur poste à la fin de leur service. Tous les services dans l’Église, il est nécessaire qu’ils aient une échéance, il n’y a pas de responsables à vie dans l’Église. Cela se produit dans certains pays où existe la dictature. « Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur », dit Jésus. Cette tentation, qui est du diable, te fait passer de serviteur à patron, tu t’appropries cette communauté, ce groupe.

Cette tentation te fait aussi glisser dans la vanité. Et il y a beaucoup de personnes – nous avons entendu ces deux témoignages, du couple et celle de Ugo – tant de tentations poussent à faire souffrir la communauté et empêchent de faire le bien, et elles deviennent une organisation comme si c’était une ONG ; et le pouvoir nous porte – excusez-moi, mais je le dis : combien de responsables deviennent des paons ? – le pouvoir porte à la vanité ! Et puis tu te sens capable de faire n’importe quoi, tu peux glisser dans les affaires parce que le diable entre toujours par le portefeuille, le diable : voilà la porte d’entrée.

Les fondateurs qui ont reçu de l’Esprit Saint le charisme de fondation, c’est autre chose. Parce qu’ils l’ont reçu, ils ont l’obligation de prendre soin de lui en le faisant mûrir dans leurs communautés et associations. Les fondateurs le restent à vie, c’est-à-dire que ce sont eux qui inspirent, qui donnent l’inspiration, mais ils laissent les choses avancer. J’ai connu à Buenos Aires un bon fondateur qui, à un certain point, est devenu spontanément l’assesseur, et il laissait les autres être les responsables.

Ce courant de grâce nous pousse vers l’avant dans un cheminement d’Église qui, en Italie, a porté beaucoup de fruit, je vous remercie. Je vous encourage à avancer. Je demande votre importante contribution en particulier pour vous engager à partager avec tous, dans l’Église, le baptême que vous avez reçu. Vous avez vécu cette expérience, partagez-la dans l’Église. Et ceci est le service très important, le plus important que l’on puisse donner à tout le monde dans l’Église. Aider le peuple de Dieu dans la rencontre personnelle avec Jésus-Christ, qui nous transforme en hommes et femmes nouveaux, dans des petits groupes, humbles mais efficaces parce que c’est l’Esprit qui agit. Ne visez pas tant à faire de grands rassemblements qui souvent se terminent là, mais aux relations « artisanales », qui découlent du témoignage, en famille, au travail, dans la vie sociale, dans les paroisses, dans les groupes de prière, avec tous ! Et ici, je vous demande de prendre l’initiative pour créer des liens de confiance et de coopération avec les évêques, qui ont la responsabilité pastorale de guider le corps du Christ, y compris le Renouveau charismatique. Commencez à prendre des initiatives nécessaires pour que toutes les réalités charismatiques italiennes nées du courant de grâce puissent être reliées directement avec leurs évêques, là où elles se trouvent, par ces liens de confiance et de coopération.

Il y a un autre signe fort de l’Esprit dans le Renouveau charismatique : la recherche de l’unité du corps du Christ. Vous, les charismatiques, vous avez une grâce spéciale pour prier et travailler pour l’unité des chrétiens, parce que le courant de grâce traverse toutes les Églises chrétiennes. L’unité des chrétiens est l’œuvre de l’Esprit Saint et nous devons prier ensemble. L’œcuménisme spirituel, l’œcuménisme de la prière. « Mais, Père, je peux prier avec un évangélique, avec un orthodoxe, avec un luthérien ?  – Tu dois, tu dois ! Vous avez reçu le même baptême ». Nous avons tous reçu le même baptême, nous allons tous sur la route de Jésus, nous voulons Jésus. Nous avons tous fait ces divisions dans l’histoire, pour de nombreuses raisons, mais qui ne sont pas bonnes. Mais maintenant, c’est précisément le temps où l’Esprit nous fait penser que ces divisions ne vont pas, que ces divisions sont un contre-témoignage, et nous devons tout faire pour aller ensemble : l’œcuménisme spirituel, l’œcuménisme de la prière, l’œcuménisme du travail, mais de la charité ensemble, l’œcuménisme de la lecture de la Bible ensemble… Aller ensemble vers l’unité. « Mais, Père, pour cela nous devons signer un document ? – Mais laisse-toi pousser par l’Esprit Saint, prie, travaille, aime et puis l’Esprit fera le reste ! ».

Ce courant de grâce traverse toutes les confessions chrétiennes, nous tous qui croyons dans le Christ. L’unité avant tout dans la prière. Le travail pour l’unité des chrétiens commence par la prière. Prier ensemble.

Unité parce que le sang des martyrs d’aujourd’hui fait que nous sommes un. Il y a l’œcuménisme du sang. Nous savons que quand ceux qui haïssent Jésus-Christ tuent un chrétien, avant de le tuer, ils ne lui demandent pas : « Mais tu es luthérien, tu es orthodoxe, tu es évangélique, tu es baptiste, tu es méthodiste ? » Tu es chrétien ! Et ils coupent la tête. Il ne confondent pas, ils savent qu’il y a une racine, là, qui nous donne vie à tous et qui s’appelle Jésus-Christ, et qu’il y a l’Esprit Saint qui nous mène vers l’unité ! Ceux qui haïssent Jésus-Christ, guidés par le malin, ne se trompent pas, ils savent et c’est pourquoi ils tuent sans poser de questions.

Et c’est quelque chose que je vous confie, je vous ai peut-être raconté cela, mais c’est une histoire vraie. C’est une histoire vraie. Dans une ville d’Allemagne, à Hambourg, il y avait un curé de paroisse qui étudiait des écrits pour faire avancer la cause de béatification d’un prêtre tué par le nazisme, guillotiné. Le motif ? Il enseignait le catéchisme aux enfants. Et tout en étudiant, il a découvert qu’après lui, cinq minutes après, un pasteur luthérien avait été guillotiné pour le même motif. Et leur sang à tous les deux s’est mêlé : tous les deux martyrs, tous les deux martyrs. C’est l’œcuménisme du sang. Si l’ennemi nous unit dans la mort, qui sommes-nous pour nous diviser dans la vie ? Laissons entrer l’Esprit, prions pour avancer tous ensemble. « Mais il y a des différences ! ». Laissons-les de côté, marchons avec ce que nous avons en commun, qui est suffisant : il y a la Sainte Trinité, il y a le baptême. Avançons, avec la force de l’Esprit Saint.

Il y a quelques mois, ces vingt-trois Égyptiens coptes aussi qui ont été égorgés sur la plage de Libye ; et à ce moment-là, ils disaient le nom de Jésus. « Mais ils ne sont pas catholiques… ». Mais ils sont chrétiens, ce sont des frères, ce sont nos martyrs ! L’œcuménisme du sang. Il y a cinquante ans, le bienheureux Paul VI, lors de la canonisation des jeunes martyrs d’Ouganda, s’est référé au fait que pour la même raison, leurs compagnons catéchistes anglicans avaient aussi versé leur sang. C’étaient des chrétiens, c’était des martyrs. Excusez-moi, ne vous scandalisez pas, ce sont nos martyrs ! Parce qu’ils ont donné leur vie pour le Christ et ceci, c’est l’œcuménisme du sang. Prier en faisant mémoire de nos martyrs communs.

Unité dans le travail pour les pauvres et les personnes démunies, qui ont aussi besoin du baptême dans l’Esprit Saint. Ce serait très beau d’organiser des séminaires de vie dans l’Esprit, avec d’autres réalités charismatiques chrétiennes, pour nos frères et sœurs qui vivent dans la rue : eux aussi, ils ont en eux l’Esprit qui pousse pour que quelqu’un ouvre grand la porte de l’extérieur.

Il ne pleut plus, semble-t-il. La chaleur est passée. Le Seigneur est bon, avant, il nous donne la chaleur, et puis une belle douche ! Il est avec nous. Laissez-vous guider par l’Esprit-Saint, par ce courant de grâce qui avance et qui cherche toujours l’unité. Personne n’est le patron. Un seul Seigneur. Qui est-ce ? [l’assemblée répond : Jésus !] Jésus est le Seigneur ! Je vous rappelle : le Renouveau charismatique est une grâce de Pentecôte pour toute l’Église. D’accord ? [l’assemblée: Oui !] Si quelqu’un n’est pas d’accord, qu’il lève la main !

L’unité dans la diversité de l’Esprit, pas n’importe quelle unité, la boule et le polyèdre, souvenez-vous bien de cela. L’expérience commune du baptême de l’Esprit Saint et le lien fraternel et direct avec l’évêque diocésain, parce que le tout est plus que la partie. Ensuite, unité du corps du Christ : prier avec les autres chrétiens, travailler avec les autres chrétiens pour les pauvres et les personnes démunies. Nous avons tous le même baptême. Organiser des séminaires de vie dans l’Esprit pour nos frères qui vivent dans la rue, et aussi pour nos frères marginalisés par toutes les souffrances de la vie. Je me permets de rappeler le témoignage d’Ugo. Le Seigneur l’a appelé précisément parce que l’Esprit Saint lui a fait voir la joie de suivre Jésus. Organiser des séminaires de vie dans l’Esprit Saint pour les personnes qui vivent dans la rue.

Et puis, si le Seigneur nous donne la vie, je vous attends tous ensemble à la rencontre de l’ICCRS et de la Fraternité catholique qu’ils sont déjà en train d’organiser, vous tous et tous ceux qui veulent venir à la Pentecôte 2017 – ce n’est pas très loin ! – ici, Place Saint Pierre, pour célébrer le jubilé d’or de ce courant de grâce. Une chance pour l’Église, comme l’a dit le bienheureux Paul VI dans la Basilique Saint Pierre, en 1975. Nous nous réunirons pour rendre grâce à l’Esprit Saint pour le don de ce courant de grâce qui est pour l’Église et pour le monde, et pour célébrer les merveilles que l’Esprit Saint a faites au cours de ces cinquante années, en changeant la vie de millions de chrétiens.

Encore merci d’avoir répondu avec joie à mon invitation. Que Jésus vous bénisse et que la Sainte Vierge vous protège. Et s’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi, parce que j’en ai besoin, merci.

Avant la bénédiction finale, le pape a prononcé les paroles suivantes :

Et avec les bibles, avec la Parole de Dieu, allez, prêchez la nouveauté que nous a donnée Jésus. Prêchez aux pauvres, aux marginaux, aux aveugles, aux malades, aux prisonniers, à tous les hommes et les femmes. En chacun, il y a l’Esprit, à l’intérieur, qui veut qu’on l’aide à ouvrir grand la porte pour le faire revivre. Que le Seigneur vous accompagne dans cette mission, toujours la Bible à la main, toujours avec l’Évangile dans la poche, avec la Parole du Christ.

© Traduction de Zenit, Constance Roques

Intervention du pape François à la retraite sacerdotales organisée par l'ICCRS

Intervention du pape François à la retraite sacerdotales organisée par l'ICCRS

Un grand merci à KTO pour cette retransmission (12/06/2015).